Langue
Français
Votre sélection
COUP DE CŒUR

Très Vieux
Pineau Vintage

750ml : 150 €

 J. PAINTURAUD

Actu du cognac 2016-2017

L'actu du cognac 2016-2017

  

Le Cognac, qui est exporté à plus de 98%, a enregistré au cours de l'année civile 2016 près de 179,1 millions de bouteilles vendues, contre 168,9 millions l'année dernière, pour un chiffre d'affaires de 2,76 milliards d'euros (2,6 milliards en 2015), selon des chiffres du Bureau national interprofessionnel du Cognac (BNIC). 

Comme les années précédentes, c'est le marché nord-américain qui porte cette croissance. La zone ALENA (Canada, Etats-Unis, Mexique, Accord de libre-échange de 1994) a ainsi totalisé 77,3 millions de bouteilles en 2016, soit une croissance de 14,2% en volume, de 14,3% en valeur. Les Etats-Unis, premier marché du Cognac depuis plus d'un quart de siècle, se taillent la part du lion (74,1 millions de bouteilles). 

Les exportations vers l'Extrême-Orient, deuxième marché en importance pour le Cognac, restent stables avec 51,1 millions de bouteilles expédiées, soit +1% en volume et +3% en valeur. Les ventes y confirment l'équilibre retrouvé de cette zone asiatique, qui -- le marché chinois surtout -- avait fait plonger les résultats en 2014, avant une belle reprise en 2015. 

A contrario, les expéditions vers l'Europe (39,4 millions de bouteilles) traduisent un contexte économique toujours difficile: elles connaissent un léger repli, à -1,2% en volume, et -1% en valeur.
Enfin se confirme la tendance des dernières années à une croissance des expéditions dans le reste du monde (Afrique, Caraïbes, Océanie...). Avec 11,3 millions de bouteilles expédiées, ces marchés ne pèsent qu'un peu plus de 6,3% des volumes expédiés, mais continuent de croître (+5,4 % en volume, +5,1% en valeur), même sans rééditer les bonds de 2014 et 2015 (autour de +13% en volume).

Article Charente Libre - AFP du 13 janvier 2017


  

De Los Angeles à Shanghaï, le monde des spiritueux assiste à un retour en grâce de l'eau-de-vie charentaise. Explication.

Que le président d’un groupe de luxe comme Bernard Arnault, lors de la présentation de ses vœux aux salariés de LVMH, commence son discours en évoquant les résultats remarquables et les perspectives prometteuses du secteur des vins et spiritueux, est réconfortant pour une industrie qui emploie en France plus de 550.000 personnes. Qu’il insiste sur les performances de Hennessy peut être interprété comme le signe de la réussite de toute une région – le numéro un du secteur, à lui seul, fait appel à 1.500 producteurs – et des entreprises qui y œuvrent. D’autant plus que dans ­l’ombre des géants du secteur et des maisons historiques, de jeunes pousses se lancent dans l’aventure, pour un renouvellement inattendu de l’offre.

Au-delà des 179 millions de bouteilles expédiées dans le monde en 2016, c’est bien d’un retour sur le devant de la scène du meilleur des spiritueux dont il est question. Certes, whiskys, vodkas et autres baijius peuvent s’enorgueillir de communautés de consommateurs plus étendues. Mais dans les bars à cocktails chics de Shanghaï, Los Angeles, Cape Town, Londres ou Paris, c’est le cognac que les barmen les plus avertis mettent en avant, en short ou long drinks, associés à la liqueur de mandarine, au champagne, au jus de citron, selon des recettes parfois pensées au début du siècle dernier, ou en fonction de leur inspiration du moment.

D’autres le servent accompagné d’énormes glaçons sphé­riques. Dépassée l’image du digestif siroté par de vieux messieurs somnolant dans leur fauteuil club. La nouvelle clientèle est jeune, connectée, métissée, consomme son alcool préféré lors des concerts et soirées, l’associe aux mouvements artistiques les plus pointus. La force du cognac, ­alcool produit au cœur des Charentes dans le respect de ­règles strictes avec une exigence de qualité maximale, mais commercialisé dès son origine par d’ingénieux hommes ­d’affaires venus d’Irlande, d’Angleterre ou des Pays-Bas, ­demeure sa capacité d’adaptation aux différents usages, ­codes et cultures contemporaines.

Autre signe de cette cote montante : en septembre dernier, La Part des Anges, vente aux enchères annuelles des flacons les plus rares de cette eau-de-vie, battait tous les records. Pendant ce temps, quelques Charentais éclairés œuvrent pour faire inscrire le territoire de cognac sur la liste du patrimoine de l’Unesco. Après le succès, la consécration.

Article du 24/01/2017 par Stéphane Reynaud du journal Le Figaro
En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/spiritueux/o129113-2017-l-annee-cognac#ixzz4WliQq63z




RECOMMANDÉ SUR
Cognac J. Painturaud






L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération !

www.cognacpainturaud.com © tous droits réservés

Vente de cognac - Cognac 1er Cru - Cognac VSOP - Cognac Grande Champagne - Vente de Pineau des Charentes -
 Cognac J.Painturaud - Vieux Cognac - Vente Vieux Pineau - Pineau Blanc - Pineau Rosé - Vente de Vins - Cognac XO J. Painturaud -
Vente de coffrets






Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel e-commerce